Gilles Georgel

Gauchy, France

Du vide a la joie !

Enfance

Je suis natif des Vosges dans l’Est de la France. Enfant, je n’étais pas heureux. Toute l’ambiance familiale était plombée par l’alcoolisme de mon père. Je ne me souviens pas avoir reçu d’affection de sa part. Parmi les 5 enfants que nous étions, j’étais plutôt son souffre-douleur. Le temps passant, une crainte, suivie d’une révolte et d’une haine grandissante remplirent mon cœur. Ce mal être qui me rongeait devint insupportable. J’avais soif de trouver amour, consolation, plénitude.

Illusion

Vers l'âge de 18 ans, je me suis joint à un groupe de jeunes un peu philosophes et marginaux. On était plein de rêves. La société était mauvaise, mais nous étions convaincus qu’un autre monde était possible. Les idées étaient belles, mais le mal-être dans ma vie était grandissant. Je tournais autour de moi pour me rendre compte que rien ne pouvait remplir le vide qui y était.

Aiguillage

A cette époque, je reçus une lettre de mon frère aîné parti en Martinique à l'armée. Il me disait qu'il avait découvert Jésus et que sa vie en était bouleversée. Je sentais à travers ces lettres qu'il rayonnait. Il m'envoya une Bible et m'invita à la lire. Je décidai d'en avoir le cœur net. Je m’isolai presque 3 semaines. Sur le conseil de mon frère, je lus le Nouveau Testament. Chaque soir, avant de l'ouvrir, je priais Dieu disant : si Tu existes, éclaire-moi !

Nouvelle naissance

Un soir, je fus comme foudroyé intérieurement. Le passage que je lisais parlait du diable. Dieu me montrait que, quoi que pensant être libre, je ne l'étais pas. J'étais un esclave enchaîné. J'appartenais non à Dieu, mais à Satan qui n'avait qu'un but : me conduire à la mort. Je compris aussi que le seul qui avait le pouvoir de me faire changer de bord était Jésus. Jésus était venu pour libérer les hommes de leurs chaînes et de la puissance de Satan. Il était mort pour moi et avait pris à son compte toutes les saletés qui se trouvaient dans ma vie.

Je m’adressai alors à lui. Je lui dis que je ne supportais plus l'être que j'étais, que je voulais être une autre personne. Après un moment de combat, une joie surnaturelle pénétra en moi et chassa toute la noirceur qui s'y trouvait. Dieu m'avait entendu. Je n'étais plus seul. L'Esprit de Dieu venait de faire domicile dans ma vie. Dès lors, ma vie se réorienta sans effort. Tous mes centres d’intérêt changèrent.  Je n'avais plus qu'une envie : dévorer la Bible qui me parlait comme jamais, et témoigner de ma foi. Peu de temps après ma conversion, j'écrivis une lettre à mon père. Je lui demandais pardon pour mes torts à son égard. Je n'avais plus de haine pour lui. Voilà le début de mon histoire avec Dieu. J'allais avoir 20 ans. 38 ans après, la belle aventure continue…

Si tu veux savoir la suite, écris-moi !
— Read more —
Contact me Learn more about Jesus

Similar stories

Close
Close
Close