Félix Romulus

J’ai retrouvé mon identité volée

Je me souviendrai toujours de cette année, le jour où l’on a abusé de moi. C’était en 1997, l’année où mon grand-père est mort. Tous les souvenirs des années précédents sont flous, mais impossible d’oublier ce qui a marqué mon enfance : j’avais seulement 6 ans.

Une enfance marquée

Avant cet événement, mon entourage a commencé à me répéter que je me comportais comme un adulte et que j’étais un homosexuel. Étant un enfant, je ne comprenais pas ce mot ! J’ai entendu ces paroles à l’école, dans mon quartier, même à l’église, car je suis né dans une famille chrétienne. On m’a collé cette identité parce que j’aimais le chant et parce que je raisonnais différemment des autres enfants.

Plus tard, j’ai subi des harcèlements, des attouchements sexuels et des abus. C’était invivable et j’en pleurais. Je ne comprenais pas que c’était “mal” et je croyais que c’était normal, car on m’avait dit que j’étais un adulte alors que je n’étais qu’un enfant. J’ai grandi avec cette mauvaise interprétation de la réalité.

À l’âge de 11 ans, je suis parti vivre dans les DOM TOM et c’est à partir de là que j’ai commencé à être attiré par les garçons. C’est vers mes 16 ans, que j’ai commencé à chercher de l’aide auprès de Dieu, lui demandant de ne pas me laisser dominer par mes impulsions. J’étais affolé et je me suis mis à jeûner et prier, à lire la Bible mais je ne savais comment m’en sortir. J’étais tellement effrayé par mes penchants pour le sexe masculin alors que je prétendais aimer les filles ! En classe, on me traitait d’homosexuel, et je suis devenu renfermé, timide, et je me suis retrouvé en situation d’échec scolaire. Parce qu’enfant, j’ai subi un abus sexuel d’un homme âgé, c’est toute ma vie qui a basculé et pourtant, je pensais que c’était de ma faute. Étant tout le temps en compagnie d’adultes – je ne jouais pratiquement jamais avec des enfants -, j’ai fini par croire que c’était moi qui avais provoqué cette situation.

Ma vie à Paris

J’ai quitté les DOM TOM pour Paris, et j’ai rapidement arrêté de prier. J’ai continué à écouter mon attirance sans jamais pouvoir l’inverser. J’ai entamé une relation avec un homme avec lequel je n’arrivais pas à rompre malgré mon désespoir, ce sentiment que ce n’était pas bien de continuer. Je ne me suis jamais senti à l’aise dans cette situation, avec la sensation d’être pris au piège, sans espoir d’en sortir. J’ai donc poursuivi mon exploration et me suis mis à aller en boîte pour sortir avec des gars. J’étais de plus en plus malheureux, je ne réussissais pas à vivre une histoire à long terme, je trouvais toujours des excuses pour arrêter la relation. Il y avait comme cette voix intérieure qui me rappelait que je n’étais pas né homosexuel et que tout ce que j’avais entendu depuis mon enfance n’était pas la vérité. Je réalisais que tous ces gens qui me répétaient que j’étais homosexuel m’avait précipité dans cette condition malgré moi.

Fuite en avant

Je suis allé de pays en pays pour fuir ma situation : Grande Bretagne, États-Unis,  jusqu'à ce que Dieu m’ait fait comprendre que je devais retourner en France pour affronter la réalité. Je n’étais ni heureux ni à ma place nulle part malgré l’argent, le confort, le luxe. J’étais vide de l’intérieur. Puis, je comprenais à la lecture de la Bible ce que Dieu voulait faire pour moi : me rendre libre. Pourtant, je résistais, prétextant que je n’avais pas le courage, que c’était moi le problème, sans compter que j’étais allé beaucoup trop loin ! Mais Dieu me faisait comprendre que c’était lui qui allait remporter ce combat trop difficile pour moi. J’ai donc commencé à faire confiance à Dieu en lui demandant pardon. Mais j’ai recommencé et cette lutte a duré 3 ans. Jusqu’à ce que je prenne conscience que j’avais été comme pollué par cet homme qui avait abusé de moi, que je n’étais pas responsable de ce qui m’était arrivé. C’est ainsi que j’ai pu me sentir libéré, déchargé de ce fardeau de culpabilité qui m’empêchait de vivre heureux.

Maintenant, j’avance !

Aujourd’hui, j’ai 27 ans, et je mène une vie épanouie. Grâce à mon vécu, je peux aider d’autres personnes, dans ma famille, mon entourage. Tous mes penchants n’existent plus, Dieu a restauré mon âme, il a enlevé ma honte et j’ai maintenant des plans pour ma vie. J’avance sereinement, avec de nouveaux rêves, et je dépends de son amour. Dieu a complètement changé mon système de pensée. 

Toi qui vis une situation similaire, sache que Dieu est amour, et quand on se tourne vers lui, il entend nos prières, il voit, comprend nos difficultés et il vient à notre secours. 

Qu’attends-tu pour lui venir à lui ? 

Félix

— Read more —
Contact me Learn more about Jesus

Similar stories

Close
Close
Close